Addiction aux jeux vidéo


 “Bon, tu as bientôt fini ? On avait dit 1h, pas plus !
– Je finis juste ma partie !”
Et te voilà reparti pour une bonne heure de jeux vidéo ! Tes parents n’en peuvent plus de te le dire, et tu n’en peux plus de l’entendre : tu joues… un peu trop. Impossible de t’arrêter, il y a toujours une quête à finir, un ami connecté ou un tournoi qui se prépare.
Addicts aux jeux vidéo, bienvenue.
Comment savoir si on est dépendant aux jeux vidéo ?
Le simple fait de te demander si tu es dépendant aux jeux vidéo est un premier indice. Tu te questionnes sur la place que ça prend dans ta vie. A l’inverse, ce n’est pas parce que tu as l’habitude de jouer aux jeux vidéo que tu as une addiction aux jeux vidéo !
L’addiction, c’est quand le jeu vidéo prend une place trop importante dans ta vie, et parfois même, la place la plus importante. Si tu choisis toujours de jouer quand, par exemple, tu as le choix entre jouer ou manger, jouer ou voir un(e) ami(e), jouer ou partir en vacances, alors il y a peut-être un problème d’addiction. Ta capacité à prendre du plaisir se dérègle, tu ne peux plus t’en passer, tu n’es plus capable d’être « heureux » sans jouer.
Jeux vidéo et drogues : même combat ?
Depuis 2018, l’addiction aux jeux vidéo est reconnue comme un trouble de l’addiction par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : Il existe même des services d’addictologie spécialisés pour aider ceux qui en souffrent.
Les addictions aux jeux vidéo peuvent ressembler à l’addiction…aux drogues. On peut facilement trouver des points communs. Si un jeu vidéo n’est pas toxique en soi, c’est l’utilisation que l’on en fait qui peut être problématique. Comme la drogue, ou l’alcool, les jeux vidéos peuvent être utilisés pour éviter de penser à ses problèmes. Le jeu vidéo, à « haute dose » peut être nocif lui aussi, mais d’une autre façon.
A peine réveillé, tu allumes le PC (s’il n’est pas déjà allumé) et c’est (re)parti ! Tes parents ne sont pas là, tu n’as personne pour te rappeler l’heure qu’il est. Tu n’as pas mangé depuis que tu as commencé à jouer, tu ne t’es pas rendu compte que ton ventre gargouillait désespérément. Ça fait 9 heures et 23 minutes que tu joues non-stop : Le Hardcore gaming dans toute sa splendeur…
L’addiction aux jeux vidéo peut t’empêcher de faire ce que tu dois faire, t’empêcher de progresser et d’apprendre, parfois t’empêcher de dormir et de manger, et même détruire tes relations en t’obligeant à mentir à tes proches…comme une drogue.
Dans ce cas, si c’est aussi mauvais, pourquoi continuer à jouer autant alors que ça te pourrit la vie ?
Pourquoi je suis accro aux jeux vidéo ?
Plus tu vas jouer, plus tu seras fort. Dans l’univers des MMO (Massively Multiplayer Online), le jeu ne s’arrête jamais, les autres joueurs continuent de s’améliorer et de progresser sans toi. Tu te sens obligé de jouer le plus possible, ne serait-ce que pour rester au niveau, et au mieux pour tenter de dépasser les autres.
Tu peux trouver du plaisir et de la satisfaction sans contraintes. C’est très avantageux parce que ça te « protège » de plein de trucs angoissants ! Dans un jeu vidéo tu peux devenir très bon, sans avoir à sortir de chez toi. Tu es anonyme, tu as le droit à l’erreur ! Tu peux prendre le temps qu’il te faut pour apprendre, tu peux mourir et ressusciter, tu peux attaquer et tuer sans détruire de vraies personnes. Surtout tu te sens à l’abri du jugement des autres, car tu contrôles ce que tu montres de toi-même (pseudo, avatar, sexe du personnage…). Dans tous les cas, il y a un moyen pour toi d’échouer et de recommencer, sans tout perdre.
Comment faire pour sortir de  l’addiction aux jeux vidéo ?
Tu vas peut-être essayer de te fixer des limites, de te dire que tu arrêteras après l’été, ou plutôt cet hiver…
Comme pour toutes les addictions, il est souvent difficile d’accepter qu’il faut demander de l’aide : tout seul, ça ne marche pas. Tes parents, tes amis… sont les premiers à savoir t’aider à reprendre le contrôle. Ils peuvent par exemple garder ta console chérie la nuit ou en semaine et te la rendre pour le week-end.
« Et si je ne m’en sors pas ? » Des structures peuvent t’aider comme les Consultations Jeunes Consommateurs ou les CSAPA (parfois spécialisés dans les addictions aux jeux vidéo). Tu peux aussi appeler Drogues Info Service au 0800 23 13 13 de 8h à 2h (anonyme et gratuit).
Est-il possible d’être “hardcore gamer” et d’être heureux ?
Il existe depuis plusieurs décennies des championnats de jeux vidéo. L’e-sport est davantage reconnu en France depuis quelques années et intéresse un public très varié, qui ne cesse de grandir. Et si ta passion devenait ton métier ?
Est-ce que c’est toujours une addiction si c’est un travail ? Peut-on être testeur de jeux vidéo, addict aux jeux vidéo et être heureux ? A-t-on toujours besoin de se faire aider ?
Peut-être que la question de l’addiction aux jeux vidéo devrait se poser différemment. La bonne question est de savoir si ta « consommation » de jeux vidéo te met en difficulté, t’isole, si elle t’empêche d’être heureux, ou d’être fier de toi ?


Thursday January 01, 1970