Vivre en solo : tout un programme !


Quand est-ce que je vais enfin pouvoir être tranquille chez moi ? Je les aime bien mes parents mais bon j’ai envie d’habiter seul ! En même temps c’est confortable chez eux, y a la machine à laver, les bons repas, la grande télé…
Que tu partes faire tes études dans une autre ville ou que tu souhaites simplement avoir ton propre chez-toi, s’installer seul est une étape importante.
A la fois excitant et inquiétant, vivre seul ça s’apprend et ça se construit. Encore faut-il se sentir prêt à passer le cap, ce qui n’est pas toujours facile.
Se construire un nouveau « cocon »
Peu importe que tu t’installes dans une chambre étudiante ou dans un « 2 pièces tout équipé », tu vas poser tes valises dans un endroit nouveau, vierge. Tu vas devoir créer et inventer pour apprivoiser cette nouvelle liberté qui s’ouvre à toi. Mais celle-ci a un prix : c’est toi qui gères maintenant, et pour tout (ou presque).
L’un des avantages d’habiter seul c’est de pouvoir se créer son petit cocon. Au fil des photos accrochées sur ton frigo et des objets kitsch que tu chineras en brocante, tu vas pouvoir t’aménager un endroit à toi, qui te ressemble. Si tu veux te réveiller à midi et déjeuner à l’heure du dîner c’est possible. Personne ne sera derrière toi pour te dire de faire la vaisselle ou de ranger ta chambre. A toi de trouver ton rythme et de te prendre en main pour arriver à l’heure à la Fac
S’auto-discipliner est un équilibre à trouver car c’est aussi comme ça que l’on devient responsable et satisfait de soi-même. Apprendre à gérer un budget, à se constituer un répertoire de recettes, à nettoyer sa salle de bain… Autant de petits objectifs à remplir qui permettent de se sentir grandir et de prendre soin de soi au quotidien.
La solitude ça me fait peur
Les premiers temps, ce n’est pas toujours facile de se sentir bien chez soi. Même si tu peux inviter des amis de temps en temps, tu ne pourras pas échapper à des moments de solitude. Pas de panique, la solitude peut être constructive. Quand on est seul, c’est le moment où on peut prendre le temps de réfléchir et de penser à soi, à ses envies, ses projets… Mais prends garde au fameux « je le ferai demain » qui peut vite se transformer en « j’aurais dû le faire hier ». 
Cela dit, la solitude peut parfois être mal vécue, il faut apprendre à la dompter. Voici quelques trucs : tu peux appeler des amis (passer de longues heures au téléphone, ça peut être sympas), aller sur internet, regarder la télé… ou rien de tel qu’un bon livre ou un peu de musique !
Ca peut être aussi l’occasion pour te lancer dans quelque chose de nouveau. S’installer seul c’est découvrir la vie de son quartier, les associations locales, les activités sportives et artistiques en bas de chez soi, et également ses voisins. Aller toquer à la porte d’à côté pour demander du sel peut être un premier pas 
Si mes parents me manquent ?
Partir de chez ses parents transforme souvent la relation qu’on a avec eux. Si la communication était compliquée et que les conflits étaient fréquents, il y a des chances pour que vos rapports évoluent dans un sens plus positif. Mais vivre sans eux ne veut pas dire pour autant que tu vas les laisser tomber. La distance physique désormais établie entre vous permet de profiter différemment des moments passés ensemble. Les dîners, qui avant pouvaient représenter pour toi une contrainte, prennent souvent une toute autre saveur. Retrouver les goûts et les couleurs de la gastronomie familiale est assez plaisant quand on n’habite plus chez ses parents ! Ça change des plats aux micro-ondes 
Si tu es actuellement dans les cartons, on te souhaite une très bonne installation !


Thursday January 01, 1970