Je ne prends pas de petit-déjeuner !


Les nutritionnistes disent que c’est le repas le plus important de la journée… Mais entre ce que disent les médecins et ce que tu fais toi, il y a peut-être quelques différences, non 😉 ? Rassure-toi, tu n’es pas seul(e) à faire l’impasse sur ce premier repas, à partir à l’assaut de la journée le ventre vide. Tâchons de comprendre pourquoi…
Je n’ai pas faim !
Croissants, tartines, chocolat chaud, céréales… rien n’y fait. On a beau te proposer les aliments les plus appétissants, ça ne passe pas, tu n’en as pas envie. Souvent, c’est la régulation de la glycémie (le taux de sucre dans le sang) qui est en cause. Pour faire simple : ton corps régule sa propre satiété (la sensation d’être rassasié). Chez certaines personnes, enfant ado ou adulte, le corps n’a faim qu’à une certaine heure, ou au bout d’un temps plus ou moins long après le réveil.
Mais quand on part en cours le ventre vide, la matinée est longue et souvent, la faim se fait sentir au bout de quelques heures. Il est alors plus dur de se concentrer, d’être attentif : c’est fatigant la vie d’ado ! Quelques astuces pour éviter les gargouillis en plein cours : il ne s’agit pas non plus de te faire violence, mais une tartine, un yaourt ou un thé sucré peut te permettre de mieux tenir jusqu’à midi. Tu peux aussi te prévoir une petite collation pour la pause du matin, comme une barre de céréales par exemple.
Je n’ai pas le temps !
Peut-être aussi que tu n’es pas du matin, et que tu repousses jusqu’à l’extrême limite le moment de sauter hors du lit. Ça te fait gagner quelques minutes sous la couette, c’est sûr, mais du coup, ta préparation est chronométrée à la seconde près : le temps de te laver, de t’habiller, de préparer ton sac… inévitablement, c’est le petit-déj’ qui passe à la trappe !
Sans sacrifier ton sommeil, voici quelques astuces : prépare ton sac la veille, cela t’évitera de te retrouver avec le livre d’histoire pour ton cours de maths. De même pour les vêtements : plutôt que de passer 10 min dans l’urgence, à hésiter entre deux tenues, fais ton choix la veille :). Et pareil pour le petit déjeuner : rien ne t’empêche de mettre sur la table ce qu’il te faut avant d’aller au lit. Au pire, attrape un fruit que tu croqueras sur la route.
Je ne veux pas grossir !
Si tu trouves que tu as quelques kilos en trop, tu peux être tenté(e) de sauter le petit-déj’, en te disant que tu te rattraperas sur les autres repas. Certes, de manière générale, il vaut mieux éviter de manger des choses grasses ou sucrées en trop grande quantité, quel que soit le repas. Mais que ce soit pour ta ligne ou ta santé, sauter le petit-déj’ n’est pas forcément la meilleure idée !
Ton corps et ton esprit, qui passent par les bouleversements de la puberté, sont en pleine croissance, en pleine évolution : ils ont besoin d’énergie pour bien fonctionner . Et puis la nourriture, c’est aussi du plaisir : si tu as faim, mieux vaut t’autoriser un bon repas que de te frustrer. Te priver le matin et arriver mort de faim au déjeuner est non seulement désagréable, mais pas très stratégique… puisque tu risques de manger d’autant plus à midi. Le petit-déj’ a une place particulière dans la journée : comme tu le prends tôt, tu as toute la journée pour éliminer les calories qu’il représente. Stratégiquement, il vaut donc mieux manger un petit déjeuner copieux, un déjeuner normal, et un dîner plus léger par exemple.
J’ai la flemme !
Mais peut-être qu’il s’agit tout simplement d’une question de flemme ? Parfois, quand on est ado, on a la tête tellement saturée de choses à faire, à penser, à combattre, à aimer, que même prendre le petit déjeuner devient une contrainte. Sortir son bol et ses céréales, se préparer une tartine… demande une énergie qu’on n’a pas toujours envie de dépenser de si bon matin. Là encore : à toi de voir si tu veux te préparer une table sympathique la veille, seul ou avec l’aide de tes frères et sœurs par exemple, trouver des petites astuces pour te donner envie de t’installer le lendemain… ou pas.
Tu l’auras compris, ne pas prendre de petit-déjeuner est loin d’être une catastrophe en soi : pas besoin de te culpabiliser. L’important, c’est de manger équilibré, et surtout suffisamment pour que tu te sentes bien, pour tenir toute la journée… et pas seulement pour suivre les cours. Tout ce qui fait ta vie d’ado : les rencontres, les sorties, les passions, les activités sportives, les heures de discussion avec tes amis… demandent aussi du carburant, de l’énergie : la nourriture t’en apporte une grande partie, il ne faut donc pas la négliger !


Thursday January 01, 1970