Le harcèlement, c’est quoi ?


Tu as sûrement déjà entendu parler de « harcèlement », tu l’as peut-être déjà dit, déjà lu, déjà vu ou vécu. Ce mot peut faire peur, il provoque de l’inquiétude. Il peut aussi faire remonter des souvenirs difficiles. C’est un mot difficile à entendre, et encore plus à dire.
La définition du harcèlement : c’est lorsque une violence (morale, verbale ou physique) a lieu de façon répétée et dans une continuité (la même personne, le même groupe ou le même harceleur).
J’hésite… je ne sais pas si c’est du harcèlement
Souvent, on hésite à dire que c’est du harcèlement, même quand ça correspond à la définition qu’on vient de donner.
• Par exemple, « c’est pas du harcèlement parce que c’est pour rire ». Que ce soit pour rire ou pas, ce n’est pas le problème. Si ça te fait du mal physiquement ou moralement, c’est du harcèlement.
• Un autre exemple ? « Ce sont des jeux entre enfants, ils ont 10 ans donc c’est pas du harcèlement ». C’est pourtant en primaire qu’il y a le plus de harcèlement scolaire, les enfants aussi peuvent harceler, même si ça ne ressemble pas au harcèlement entre adultes.
• Un dernier exemple : « Il ne peut pas être victime de harcèlement puisqu’il est plus grand et plus fort que l’autre ». La taille ne change rien, personne n’est immunisé contre le harcèlement.
Plein de situations correspondent malheureusement à cette description, même lorsqu’on essaye de (se) trouver des « excuses » à ce qu’il se passe.
Le harcèlement et le groupe
Le harcèlement, c’est complexe, et on ne peut pas résumer ça à un coupable et une victime. Sinon, ça serait réglé en 5 min et on n’aurait pas autant de problèmes à le résoudre. Ce qui est difficile, c’est que c’est tout un mécanisme à prendre en compte.
En plus de la victime et du harceleur, il y a toujours quelqu’un qui est témoin, de près ou de loin. Il le voit mais n’y participe pas. Il n’est pas coupable puisqu’il ne fait rien, pourtant il a sa part de responsabilité.
Harcèlement sexuel
Le harcèlement sexuel fonctionne sur le même modèle que notre définition. Le harcèlement sexuel peut provoquer des blessures très particulières. Ces blessures donnent souvent l’impression de séparer l’esprit du corps, et d’abîmer notre capacité à aimer, et à s’aimer soi-même. Le harcèlement est qualifié de harcèlement sexuel quand cela concerne tout ce qui est lié au sexuel, que ce soit moral ou physique.
Pourquoi c’est si particulier ? La sexualité, c’est une partie de la vie qu’on ne commence à pouvoir vivre, et choisir, qu’à partir de l’adolescence. C’est un sujet très intime et privé, à la fois gênant et excitant. La sexualité, ça peut donner beaucoup de plaisir lorsque ça se passe bien, c’est-à-dire au bon moment, au bon endroit et avec la bonne personne. Mais la sexualité peut créer des blessures terribles pour un être humain lorsque ça ne se passe pas bien, sans consentement.
Harcèlement scolaire ou professionnel
Le harcèlement scolaire on en parle beaucoup, et ça marche de la même manière que le harcèlement professionnel. Ça se produit sur notre lieu de travail, que l’on soit élève, étudiant, stagiaire ou salarié. Ce type de harcèlement est souvent difficile à voir, parce que les personnes qui harcèlent dissimulent les violences. A cause de l’effet de groupe, la personne harcelée est elle-même amenée à le cacher, pour tout un tas de raisons. Par exemple, elle le cache parce qu’accepter qu’on est la victime dans un groupe est très difficile, et qu’on a besoin d’une aide qu’on n’arrive pas à demander ou à trouver. Au travail, le harcèlement peut mettre la victime dans une situation extrêmement compliquée lorsque le collègue qui harcèle est en même temps un supérieur car le collègue harcelé peut alors être menacé de perdre sa place.
Harcèlement de rue
Le harcèlement de rue est un harcèlement assez particulier parce que c’est rarement le même harceleur. C’est du harcèlement quand même, car la victime reste la même. Il y a donc les notions de répétition et de continuité. C’est une forme de harcèlement dont les victimes sont très souvent des femmes (même si ça arrive aussi aux hommes), et qui est aussi régulièrement un harcèlement sexuel.
Par exemple, quand quelqu’un suit une personne dans la rue, est insistant et intimidant alors que la personne aimerait qu’on la laisse tranquille, ça devient du harcèlement. Le harceleur ne prend pas en compte le fait que l’autre soit d’accord ou pas.
On peut avoir envie de parler avec quelqu’un dans la rue pour tout un tas de raisons, mais l’autre est toujours libre de refuser.
Cyber-harcèlement
Le cyber harcèlement est une forme bien particulière de harcèlement, car on a tendance à penser que ce qui se passe en ligne ne « compte pas vraiment ». Et bien si, ça compte autant. Il y a aujourd’hui énormément de cyber-harcèlement, que ce soit par internet, par téléphone ou sur les réseaux sociaux. Le cyber-harcèlement est dangereux car il peut être complètement invisible pour les proches, en particulier quand il concerne les mineurs. Les victimes de cyber-harcèlement subissent souvent une forme de chantage, lorsque le(s) harceleur(s) ont eu accès à des contenus privés (comme des « nudes »). Fais très attention à ce que tu diffuses sur la toile !
Un harcèlement ou des harcèlements ?
Tous ces types de harcèlements sont bien souvent un peu entremêlés, c’est-à-dire qu’un harcèlement scolaire peut être un harcèlement sexuel en même temps, et se transformer par la suite en cyber-harcèlement.
Quelle que soit la forme du harcèlement, c’est interdit et puni par la loi. On peut déposer une plainte et poursuivre le(s) harceleur(s) même sans connaître son (leurs) identité(s).


Thursday January 01, 1970

Si tu veux en savoir plus, tu peux aller lire notre article : Harcèlement : que faire pour que ça s’arrête ?


Thursday January 01, 1970